AU SECOURS ! C’EST LA GUERRE A LA MAISON !

 Ah le mariage ! Beaucoup de personnes en rêvent, surtout les chrétiens.  Comme ils envient ces frères et sœurs que Dieu a bénis. Ils semblent tellement heureux avec leurs beaux enfants, dans leur nid d’amour perché sur un doux nuage rose… Oui cela donne tellement envie et comme Dieu est bon et qu’il veut notre bien, il nous exauce.  Après tout, c’est lui qui a dit « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Genèse 2 :18). Seulement voilà, pour beaucoup, une fois mariés, ils déchantent très vite et découvrent avec horreur que la bénédiction s’est transformée en malédiction.  Comment cela est-il possible ? Pourtant, on a pris le temps de consulter Dieu  qui a donné son aval avant d’épouser cet homme/ cette femme. Que se passe-t-il au juste et surtout que faire maintenant ?  Divorcer comme les païens ? Hélas, beaucoup choisissent cette solution, la preuve en est que le taux de divorce chez les chrétiens est équivalent à celui des mondains, avec près de 2 couples sur 3 qui mettent fin à leur union. Alors si Dieu ne veut pas qu’on divorce, pourquoi nous a-t-il donné un tel époux ou ne nous a-t-il pas empêché de choisir une telle épouse ? C’est que les voies du Seigneur ne sont pas nos voies (Esaïe 55 :8-9).

Comme pour toute histoire d’amour, tout commence par une rencontre. Pour nous chrétiens, le cadre se situe à l’église ou dans une communauté chrétienne. Un frère remarque une sœur et il pense très rapidement au mariage puisque les flirts sans lendemain ce n’est pas pour les enfants de Dieu. Il commence aussitôt par remettre ce projet entre les mains du Seigneur et décide d’approcher la sœur. Quelle grâce ! Le Seigneur a donné son feu vert et il découvre avec émerveillement que la « côte » (Genèse 2 :21-22) qu’il lui a réservée est délicieusement belle, impeccablement habillée et coiffée, douce, gentille, intelligente, et en plus c’est un cordon bleu. Que demander de plus ? De son côté, la sœur, elle aussi convaincue par le Seigneur que le frère en question est bien le mari que Dieu lui a choisi, découvre un homme élégant, avenant, galant, à l’écoute, aux petits soins pour elle et en plus c’est un homme de Dieu. Certes, l’un comme l’autre ont remarqué quelques défauts chez leur futur conjoint, mais ce n’est pas très grave car les qualités semblent tellement plus nombreuses. La sœur, déjà très amoureuse, trouve d’ailleurs que ces défauts donnent un certain charme au frère et croit naïvement que la force de son amour lui permettra de supporter facilement ses imperfections. Quant au frère, il pense que sa promise finira par être entièrement sanctifiée à son contact et qu’il parviendra à en faire une femme parfaite en seulement quelques semaines de vie commune.

Viennent ensuite les fiançailles, le mariage, la nuit de noces et la lune de miel. Alléluia, merci Seigneur ! Et puis le quotidien reprend très vite le dessus. « Tiens, ma femme ronfle comme un camion ! », « Incroyable, cette odeur insupportable que je sens tous les matins, provient de l’haleine de mon mari… ».

PETITES INCIVILITÉS QUOTIDIENNES

Quand on tombe amoureux, on a l’impression qu’on peut franchir ensemble les plus grands obstacles. La réalité est que le mariage est extrêmement fragile et le nombre de divorces ne fait que confirmer cette réalité. S’il est long et difficile de construire une relation, c’est extrêmement facile de la détruire. Et cela commence souvent par des petites incivilités au quotidien.Al-Bundy

Il y a longtemps, je me suis retrouvée dans la voiture d’un jeune couple. L’homme était au volant, sa compagne était à ses côtés. A un moment donné, le premier pète bruyamment et son amie lui rend la pareille en s’esclaffant. Interloquée, je m’interroge en suffoquant sur cette drôle de complicité. Apparemment, ils poussent le principe de l’unité jusque dans l’odeur… Après tout, si l’un et l’autre sont sur la même longueur d’ondes, pourquoi pas. Mais sur ce type de question, tout le monde, en particulier les femmes, ne souhaite pas connaître leur moitié jusque dans ces détails-là. A titre d’exemple, je citerai une femme, déjà très déçue par les hommes, qui vit seule depuis des années. A la question de savoir si elle envisageait un jour de refaire sa vie, elle répond souvent : «Non, je n’ai pas besoin de quelqu’un pour péter dans mon lit ! ». Riez mais il n’empêche que sa réponse en dit long sur l’impression que la gente masculine a imprimé en elle.

Prenons aussi l’exemple de cette toute jeune mariée chrétienne qui, à la fin du banquet organisé à l’occasion de son mariage, rentre avec son mari dans leur appartement. Elle qui s’attendait à ce qu’un bouquet de fleurs l’accueille sur la table du salon, elle découvre un appartement en désordre et moyennement propre. -Première grosse déception- Le lendemain matin, elle va aux toilettes et découvre que la chasse d’eau n’a pas été tirée. Choquée et blessée par le peu de considération que son époux avait pour elle alors qu’elle venait tout juste de s’installer avec lui, elle lui fait la remarque. Ce dernier, au lieu de s’excuser, argua que ce n’était pas lui, alors qu’ils n’étaient que deux dans l’appartement.- Et de deux ! -Cela peut sembler futile mais sachez que la jeune femme eut beaucoup de mal à digérer cette entrée en matière et continua à évoquer cet épisode avec beaucoup d’amertume bien des années après, d’autant plus que son mari récidivait régulièrement dans le même registre. Pour elle, ce comportement témoignait d’un manque de respect à son égard.

Des exemples du même acabit, il y en a pléthore. Roter bruyamment à table, se curer le nez et jouer avec son mucus, laisser la porte ouverte quand on va aux toilettes (qui sait, le conjoint a peut-être envie de profiter du bruit et des odeurs) et ne pas tirer la chasse d’eau derrière soi, s’éclater les boutons etc… Aussi, quand on s’est autorisé de tels comportements, il n’y a qu’un pas à franchir vers la négligence, notamment au niveau hygiène.

Cela arrive à tout le monde de tomber de fatigue en rentrant du travail et qu’on s’endorme sur le lit ou le canapé sans passer par la douche. Cela peut arriver, une fois, deux fois, trois fois… Or pour certains, surtout chez les hommes, ce type de comportement n’est plus exceptionnel mais habituel. Et oui, il existe encore des personnes, sûrement échappées du Moyen-Age, qui estiment que le fait de trop se laver peut nuire à la santé de la peau. Ces mêmes personnes s’étonnent que leurs conjoints les repoussent lorsqu’ils veulent faire l’amour. Si c’est votre cas, ne cherchez pas un amant/maîtresse dans l’armoire ni à chasser un esprit de femme/mari de nuit, faites plutôt la chasse aux mauvaises odeurs que vous émettez et tout devrait rentrer dans l’ordre.

Négligence toujours. Quand on veut conquérir le cœur d’une personne, on fait tout pour se montrer à son avantage. Aussi, même chez les chrétiens, pendant la phase où l’on se courtise et lors des fiançailles, il est rare que l’une des parties se présente à l’autre sans avoir soigné son apparence. En effet, on veut mettre toutes les chances de son côté pour concrétiser. Hélas, une fois marié, certains constatent comme une métamorphose chez leurs époux. Ainsi, bien des hommes ne reconnaissent plus leurs femmes, surtout une fois que celles-ci ont eu des enfants. Elles qui étaient autrefois si coquètes, les voilà désormais en train déambuler en chaussons et peignoir, les cheveux en pagaille, la mine terne, le regard vitreux. Bien entendu, il faut un certain temps pour se remettre d’un accouchement et s’habituer aux changements induits par l’arrivée d’un enfant. Pour autant, ce n’est pas une raison pour se laisser définitivement aller.

Quel que soit le cas de figure, on constate une chose, la plupart du temps, la personne qui se permet des tels écarts avec son conjoint, ne se permettrait pas de le faire avec ses collègues de travail, ses amis, ses voisions ou même un passant dans la rue. Nous sommes donc en droit de nous interroger pourquoi ce traitement de défaveur est réservé à celui ou celle que Dieu a mis à nos côtés. Est-ce normal qu’une femme se pomponne chaque matin pour aller travailler et qu’elle se laisse totalement aller le week-end, moment où elle peut se retrouver en tête à tête avec son mari ? Comment expliquer que certains hommes soient galants avec toutes les femmes sauf la leur ?

Le mariage est une chose sainte. La Bible dit en Hébreux 13 :14 qu’il doit être honoré de tous. Dans ce passage, le verbe « honorer » vient du grec « timios » et veut dire d’un grand prix, précieux, tenu en honneur, estimé, particulièrement cher. Adopter un comportement impoli ou déplacé en présence de son conjoint, ce n’est pas honorer le mariage. Que l’on sache, il n’y a pas d’hommes ou de femmes qui affirment avoir succombé au charme de son époux/épouse à cause de l’odeur de sa transpiration.

« Chaque jeune fille allait à son tour vers le roi Assuérus, après avoir employé douze mois à s’acquitter de ce qui était prescrit aux femmes ; pendant ce temps, elles prenaient soin de leur toilette, six mois avec de l’huile de myrrhe, et six mois avec des aromates et des parfums en usage parmi les femmes » Esther 2 :12.

« Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, Qui repose entre mes seins » Cantiques 1 :13.

« Qui est celle qui monte du désert, Comme des colonnes de fumée, Au milieu des vapeurs de myrrhe et d’encens Et de tous les aromates des marchands? » Cantiques 3 :6.

La Parole de Dieu affirme que la femme est la gloire, et non la honte, de l’homme (1 Corinthiens 11 :7).

« Une femme vertueuse est la couronne de son mari, Mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os » Proverbes 12 :4.

Quant à l’homme, il est le chef de sa femme et par extension de toute sa famille (Ephésiens 5 :23). Il doit par conséquent montrer l’exemple. Si le mariage bat de l’aile, il sera le premier à devoir rendre des comptes. Notons aussi que pour qu’une femme respecte son mari comme la Bible le recommande (Ephésiens 5 :33), elle a besoin de l’admirer. Si celui-ci lui inspire le dégout, il lui sera forcément difficile de le respecter.

Si donc votre conjoint vous reproche l’une de ces choses, excusez-vous et changez de comportement. Ne vous dérobez pas derrière l’excuse « Oh mais c’est naturel », car il n’est dit nulle part que tout ce que produit la nature est forcément agréable. De plus, si ce genre de choses existe et que c’est un sujet de tensions, cela ne fera que peser plus lourdement dans la balance quand des problèmes autrement plus importants surgiront.

« Mais pourquoi ai-je épousé cette femme ? Ses crises d’hystérie m’insupportent, et en plus elle est devenue tellement laide !».

« Qu’est-ce que j’ai bien pu trouver à cet homme ? C’est un lâche et un hypocrite et en plus il sent mauvais !»

AVIS DE TEMPÊTE !

La Bible nous donne un code de conduite limpide qui nous montre la voie à suivre pour être en paix avec Dieu mais aussi avec les hommes.

« Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur » Hébreux 12 :14.

Elle définit également de façon très claire les rôles et les devoirs de l’homme et de la femme. Le problème c’est que nous vivons dans un monde totalement dégénéré qui ne cesse de repousser les bornes établies par le Seigneur. Ainsi, la totalité des êtres humains (mais aussi la création entière) a été déformée par le péché.

«Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre » Genèse 6 :12.

A la nouvelle naissance, le Saint-Esprit, à l’aide de la Parole de Dieu,  entame en nous un travail de perfectionnement afin de recréer en nous l’image de Dieu, à savoir Jésus-Christ (Ephésiens 4 :13).

L’un des problèmes majeurs de cette génération c’est l’identité. Hommes comme femmes ont totalement dévié de la voie tracée par le Seigneur. Il n’y a qu’à regarder ce qui se passe dans le microcosme familial pour comprendre les raisons du chaos social auquel nous assistons. Il n’y a plus de modèles ou alors si peu.

Du coté des hommes on observe grosso-modo trois profils :

-les violents qui font régner la terreur dans leurs familles

-les immatures, éternels adolescents attardés qui ne n’assument aucune responsabilité

-les métro-sexuels, efféminés et narcissiques

Du coté des femmes, on peut citer :

– les hystériques ultra-autoritaires

-les Barbie qui cultivent leur image d’objet sexuel

-les féministes en perpétuelle concurrence avec les hommes

Bien entendu, la liste n’est pas exhaustive. Notons aussi que certaines personnes peuvent présenter un mélange de ces trois profils avec différentes nuances.

Quoiqu’il en soit, quand ces personnes se mettent en ménage, cela donne un cocktail détonnant.  C’est vrai pour les païens mais aussi pour les chrétiens qui éprouvent bien souvent de grandes difficultés à mettre la Parole de Dieu en pratique. D’ailleurs, il ne sert à rien d’essayer de voir qui est saint et qui ne l’est pas à l’assemblée car tout le monde y va en prenant bien soin de nettoyer l’extérieur du plat (Matthieu 23 :25-26). Le christianisme se vit au quotidien, chez soi ; et c’est en fonction du comportement que l’on a dans son foyer qu’on peut réellement évaluer son niveau de sanctification. 

La sanctification est un processus qui prend plus ou moins de temps en fonction de divers critères : connaissance de la Parole de Dieu, degré d’intimité avec le Seigneur, amour de la vérité, et surtout la disposition du cœur. Il faut  également beaucoup de temps pour effacer les stigmates du péché ancré dans le cœur et pour façonner un nouveau caractère. Aussi, quand nous arrivons dans le mariage, nous apportons souvent les restes de bagages que nous avons amassés dans le monde.

Ainsi, les disputes et les tensions arriveront tôt ou tard. Si votre premier réflexe c’est d’appliquer la Parole de Dieu, alors la paix sera rapidement de retour dans votre foyer. En revanche, si chacun reste campé sur sa position et a en plus l’extrême audace de se justifier en détournant la Parole à son avantage, la guerre s’enlisera.

L’argent fait partie des sujets de dispute les plus fréquents. Normalement, un couple devrait se mettre d’accord sur la façon de gérer les finances. Aucune dépense importante ne devrait être faite sans en avoir parlé à l’autre. Dans les faits, on a vu chez les chrétiens un tout autre comportement. Achats compulsifs de Madame, prêts bancaires souscrits en douce par Monsieur  ou encore mainmise de l’homme sur le compte bancaire sans que sa femme ait son mot à dire. Or ce n’est pas parce que l’homme est désigné chef de famille par le Seigneur que cela veut dire qu’il dispose automatiquement de meilleures aptitudes de gestion. Etre chef, c’est aussi savoir consulter ses collaborateurs pour prendre des conseils afin de trancher pour la meilleure solution. Si la femme a été nommée « aide semblable » ce n’est sûrement pas en vain.

« La voie de l’insensé est droite à ses yeux, Mais celui qui écoute les conseils est sage » Proverbes 12 :15.

A l’inverse, on vu des exemples d’hommes qui se laissent vivre. Pour eux, leur épouse est leur deuxième mère. Ces dernières doivent tout penser, tout anticiper et tout faire à leur place. Eux ça ne les dérange pas qu’on leur dise ce qu’ils ont à faire, bien au contraire. La vie est tellement plus facile lorsqu’on se dédouane de toute responsabilité et qu’on garde pour soi que les temps de détente  en solo ou avec des amis. Je peux ainsi citer des exemples de pères de familles que leurs femmes ont envoyé acheter du lait ou des médicaments pour leurs enfants et qui sont rentrés quelques heures après leur départ parce qu’ils avaient été distraits en cours de route par on ne sait quelle circonstance. D’autres peuvent passer des heures devant leur télévision ou devant des jeux vidéo sans se soucier un instant de savoir si leur enfant a faim ou s’inquiéter de leur propreté.immature

Face à ce type d’énergumènes, beaucoup de femmes souffrent de déception, de fatigue, de surmenage voire de dépression tandis que d’autres développent un caractère jezabellique. En effet, cherchez Achab, vous verrez que Jézabel n’est jamais bien loin. L’épisode de  la vigne de Naboth relaté en 1 Rois 21 montre un Achab immature, irresponsable, capricieux et boudeur et une Jézabel qui décide de prendre les choses en main en usant de manipulation.

« Achab rentra dans sa maison, triste et irrité, à cause de cette parole que lui avait dite Naboth de Jizreel : Je ne te donnerai pas l’héritage de mes pères ! Et il se coucha sur son lit, détourna le visage, et ne mangea rien. Jézabel, sa femme, vint auprès de lui, et lui dit : Pourquoi as-tu l’esprit triste et ne manges-tu point ? Il lui répondit : J’ai parlé à Naboth de Jizreel, et je lui ai dit : Cède-moi ta vigne pour de l’argent ; ou, si tu veux, je te donnerai une autre vigne à la place. Mais il a dit : Je ne te donnerai pas ma vigne ! Alors Jézabel, sa femme, lui dit : Est-ce bien toi maintenant qui exerces la souveraineté sur Israël ? Lève-toi, prends de la nourriture, et que ton coeur se réjouisse ; moi, je te donnerai la vigne de Naboth de Jizreel. Et elle écrivit au nom d’Achab des lettres qu’elle scella du sceau d’Achab, et qu’elle envoya aux anciens et aux magistrats qui habitaient avec Naboth dans sa ville. Voici ce qu’elle écrivit dans ces lettres : Publiez un jeûne ; placez Naboth à la tête du peuple, et mettez en face de lui deux méchants hommes qui déposeront ainsi contre lui : Tu as maudit Dieu et le roi ! Puis menez-le dehors, lapidez-le, et qu’il meure » 1 Rois 21 :4-10.

Combien de femmes ne manipulent-elles pas leur époux pour parvenir à leurs fins ? Chers sœurs, sachez que même si votre mari est un Achab en puissance, vous vous devez de refuser la tentation de l’esprit de Jézabel. Priez que Dieu change votre mari, continuez à le consulter avant de prendre une décision importante et aidez-le à prendre sa place de chef de famille.

Dalila est un autre type de Jézabel dans la Bible. Nous connaissons son histoire : elle a exploité l’incontinence sexuelle de Samson pour lui soutirer des informations qu’elle a ensuite monnayées pour s’enrichir (Juges 16). De même, il y a des femmes qui se disent que comme elles sont mariées, il n’y a aucun mal à séduire leurs maris en exploitant leur faiblesse charnelle pour obtenir d’eux quelque chose qu’ils ne leur auraient pas accordé lorsqu’ils sont en pleine possession de leurs facultés. Cela revient en quelques sortes à enivrer quelqu’un pour l’amener à faire quelque chose contre son gré. Une femme de Dieu ne doit pas agir ainsi, même si sa cause est juste, mais devrait plutôt prendre l’exemple d’Esther qui choisit de jeûner et prier afin que Dieu fléchisse le cœur de son mari qui étaient sur le point de décimer son peuple (Esther 4 et 5). Nous avons également l’exemple d’Abigaïl qui était mariée à Nabal dont le nom signifie sot, insensé, rustre. Nabal s’était attiré les foudres de David  qui avait décidé de le tuer car il avait refusé de lui donner des vivres alors qu’il avait gardé gratuitement ses troupeaux pendant des mois (1 Samuel 25). La Bible déclare qu’Abigaïl était belle de figure mais celle-ci n’usa pas de ses charmes pour faire changer d’avis David mais plutôt de son bon sens et de l’intercession. Malheureusement, ce ne sont pas là les réflexes de beaucoup de sœurs en Christ. Dès qu’elles sont mécontentes, elles usent et abusent de leur langue comme un marteau-piqueur pour rompre la tête de leurs époux. Or il est inutile de se prétendre spirituel(le) si on ne sait pas retenir sa langue.

« Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride » Jacques 3 :2.

LA GUERRE EST DÉCLARÉE !

Il suffit d’un mot de travers pour que tout dégénère. Tout le monde sait qu’en général les femmes ont plus de facilités à s’exprimer. Elles sont aussi plus souvent concernées par des péchés tels que les murmures et les commérages.

« La folie est une femme bruyante, Stupide et ne sachant rien » Proverbes 9 :13.

Et lorsqu’une dispute éclate, elles compensent souvent leur manque de force physique par la force de mots. C’est ainsi qu’elles submergent leurs époux d’un flot de cris, de sanglots, de reproches et de paroles blessantes. Pour un mot placé par l’homme, la femme en aligne dix ! On a ainsi connu une femme, prétendument convertie, qui ne se gênait pas pour faire un scandale à son mari, à la fin du culte d’adoration, et cela devant des frères et sœurs !hystérie

 « Mieux vaut habiter dans une terre déserte, Qu’avec une femme querelleuse et irritable »  Proverbes 21 :9.

Dépassés, certains hommes opteront pour la fuite et ne referont surface qu’une fois certains que l’orage est passé. En revanche, il y en a qui répondent par une insulte immédiatement suivie d’une gifle. De la violence verbale à la violence physique il n’y a qu’un pas que beaucoup franchissent allégrement. D’ailleurs, il existe des hommes, mais aussi des femmes, qui en viennent facilement aux mains pour le simple motif qu’ils ne supportent pas la contradiction. Cela arrive même chez les chrétiens, bien plus souvent qu’on le pense d’ailleurs.

A cet effet, je me souviens d’une scène surréaliste à laquelle j’ai assisté il y a près de 9 ans dans une petite assemblée baptiste (me semble-t-il) à Paris. J’accompagnais une sœur qui suivait de près les activités de l’association Portes Ouvertes qui animait ce jour-là une conférence dans cette église. Je me trouvais au fond de la salle (assez petite) d’où j’avais une bonne vue sur l’ensemble des participants. Je voyais particulièrement bien une famille, le père, la mère et deux ou trois enfants. Ils avaient attiré mon attention car le père avait un visage plutôt crispé et parce qu’il s’était levé pour prier à haute voix. A un moment donné, on a éteint les lumières afin qu’on puisse projeter un film. Tout d’un coup, alors que tout le monde était concentré sur le reportage, j’ai vu le père, visiblement en colère, décrocher une énorme et bruyante claque  sur la cuisse de sa femme. Celle-ci a sursauté puis elle a continué à regarder droit devant elle, sans broncher, comme si rien ne s’était passé. J’ai alors compris qu’elle avait l’habitude d’encaisser les coups de son mari. J’étais estomaquée d’autant plus que je n’étais manifestement pas la seule à avoir vu la scène mais personne n’a osé dire quelque chose. A la fin de la réunion, je suis allée voir les anciens pour en parler avec eux. Comment était-il possible que de telles choses aient lieu dans une église sans que personne ne réagisse ? Le premier, plutôt désagréable, a fait mine de ne pas comprendre et m’a envoyé vers un second qui, visiblement embarrassé, m’a alors appris que le frère en question était aussi un ancien et qu’il avait effectivement quelques problèmes…

disputesIl est impossible ici de citer tous les motifs de disputes tant ils sont nombreux. Rappelons-nous seulement qu’une seule étincelle peut provoquer un grand incendie. Le mariage est presqu’aussi fragile qu’une bulle de savon, il faut donc en prendre soin et user de beaucoup de précautions pour ne pas esquinter le lien conjugal. L’être humain a un cœur méchant et tortueux et il est de ce fait capable du pire. C’est ainsi que deux personnes qui se sont tendrement aimées en arrivent à se haïr à cause de l’amertume et du manque de pardon. Il n’est pas nécessaire de divorcer pour qu’un mariage soit brisé. Il existe des milliers de couples qui, bien que vivant sous le même toit, ne partagent plus rien. L’amour s’est envolé, il ne reste plus que du ressentiment et  de la souffrance. Et dans ces conditions, les perspectives d’avenir semblent bien sombres avec cette question lancinante qui torture notre esprit : Cette personne est-elle réellement celle que Dieu a prévue pour moi ?

Que vous vous soyez marié dans le monde ou en Christ, il ne sert plus à rien de vous poser cette question car de toute façon vous ne pouvez pas faire marche arrière. Sachez cependant que Dieu peut très bien avoir mis cette personne à vos côtés tout en sachant que vous passeriez pas ces rudes combats. Mais pourquoi ?

APPRENDRE A AIMER

Comme nous l’avons vu, le cœur de l’homme est tortueux et méchant (Jérémie 17 :9).  Or il est impossible d’aimer correctement avec un cœur malade. Pour nous enseigner et nous rééduquer, Dieu a recours à des méthodes bien à lui : il utilise le fer pour aiguiser le fer (Proverbes 27 :17).

« Je leur donnerai un même coeur, Et je mettrai en vous un esprit nouveau ; J’ôterai de leur corps le cœur de pierre, Et je leur donnerai un coeur de chair » Ezéchiel 11 :19.

Nous autres chrétiens on fait souvent des prières sans bien réaliser ce que nous demandons. Avez-vous déjà demandé à Dieu de vous aider à mettre sa Parole en pratique, de vous enseigner l’amour, le pardon, la patience, la bonté ? Et bien voilà une belle occasion de mettre en pratique ! C’est si facile d’aimer quelqu’un de parfait qui ne vous contrarie jamais. Quel mérite auriez-vous alors ? Où est l’effort de sanctification ?

« Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait » Matthieu 5 :44-46.

N’avez-vous pas remarqué que lorsque vous arrivez aux toilettes et que vous y découvrez une mauvaise odeur, vous vous bouchez le nez parce que vous la trouvez insupportable ? Mais étrangement, vous n’êtes pas gêné par l’odeur de vos propres déchets. Il en va de même pour le péché : généralement on trouve celui des autres abominable et le sien acceptable.

Pourquoi êtes-vous tellement exigeant auprès de votre conjoint ? Pourquoi exigez-vous de lui la perfection alors que vous êtes loin d’être parfait(e) ?

Si vous êtes honnêtes avec vous-mêmes, normalement la situation de crise que vous vivez a  également mis en lumière vos propres failles. Avez-vous pris des dispositions pour y remédier ou demeurez-vous obsédé par l’idée que c’est seulement l’autre qui a un problème?

Regardons à Jésus bien-aimés. Il nous a aimés alors que nous étions déformés par nos iniquités et que nous empestions l’odeur nauséabonde du péché.  Lui qui est sans défaut, il est venu nous proposer le mariage alors que nous sommes encore pétris d’imperfections. Il a donné sa vie par amour pour nous. Aujourd’hui encore il demeure un soutien indéfectible et fidèle malgré toutes les erreurs que nous pouvons commettre au cours de notre marche chrétienne.

« Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » Romains 5 :6-8.

Alors si vous vous demandez encore pourquoi Dieu vous a donné votre mari/votre femme et pourquoi il permet qu’il y ait cette guerre qui vous déchire le cœur en deux, dites-vous bien que c’est pour vous apprendre à faire comme lui : aimer.

Souvenez-vous des paroles du Maître : « Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé » Matthieu 5 :18.

L’apôtre Paul a fait une merveilleuse description de l’amour selon Dieu en 1 Corinthiens 13. « La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra » 1 Corinthiens 13 :4-10.

Le Seigneur veut que vous mettiez en pratique ce passage à la virgule près. Tant qu’il manquera un iota, vous repasserez l’épreuve jusqu’à ce que vous l’emportiez haut la main. Alors vous avez le choix : soit vous laissez vivre votre égo et la guerre se poursuivra, soit vous mourrez à vous-mêmes pour laisser Christ vivre en vous et triompher de la chair et ses passions.

Bon courage !

Publicités

9 Responses to AU SECOURS ! C’EST LA GUERRE A LA MAISON !

  1. Jessica says:

    Amen
    Merci pour cette exhortation qui ne peut être inspirée que de Dieu.
    Que Christ vous fortifie encore.

  2. lectrice says:

    amen
    exhortation à écouter : l’opposition de la chair

  3. Annick says:

    Merci SEIGNEUR pour ce message, aide nous à appliquer ta parole à la lettre.
    Seigneur soit élevé et exalté.

  4. Mlleg says:

    C’est un document très intéressant. Tout célibataire devrait le lire avant de penser à ce marier, car ça porte à réfléchir.

  5. Gervais says:

    Je dis amen et merci seigneur pour cette vie que Dieu nous communique

  6. Ben Yeshoua says:

    Super les Dokimos ! Que le Seigneur Jésus soit béni pour ce message que je vais certainement publier, pour l’édification de tous.

    Restez bénis !

  7. Grégory Joseph Le Béréen says:

    amen amen amen, très édifiant

  8. mpemba says:

    Bonjour, du coup je me pose une question. Le physique aussi entre en ligne de compte, non ? Je veux dire être pas forcement grosse, prendre soin un minimum de soit pour les femmes …

    • lesdokimos says:

      Oui, nous avons bien dit qu’il n’était pas normal que l’un des époux se laisse aller, soit négligé, sale etc.
      Il est vrai qu’il arrive que les femmes gardent des kilos en trop après une grossesse, ou même sans être passées par là, et d’ailleurs cela arrive aussi aux hommes; donc il n’est pas question de s’imposer des régimes draconiens pour avoir ou retrouver une taille « mannequin » mais tout simplement de soigner son apparence. Cela passe par des choses simples: hygiène, quelques soins esthétiques et tenue vestimentaire correcte. Et si on a vraiment pris beaucoup de poids, un peu de sport ne peut que faire du bien; à soi (car le surpoids nuit à la santé) et pour son couple.
      Cela vaut autant pour les femmes que pour les hommes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :